Faire la photographie, comme d’ailleurs la peinture est pour moi une sorte de transe.

Je ne prends pas des photos par hasard et je ne fais pas d’esquisses accidentelles.

D’habitude je me laisse immerger doucement dans l’intimité de l’instant, en attendant qu’il se sature du sens.

C’est alors, comme dans un miroir déformant, des contrastes, des tonalités, des volumes, des lignes apparaissent et se mettent à murir.

S’ils arrivent à me ‘parler’, je sors mon appareil ou mon cahier de croquis...

IMG_1581.JPG

Photo: Nathalie Vedrine

Vos informations ont bien été envoyées !