Je photographie et je peins les mêmes sujets : l’humble majesté des instants insignifiants, discrètes, fugaces, timides ; le timbre du silence, les tonalités des non-dits.

Ce qui me fascine c’est le détail, qui séduit tous les sens, qui les transperce.
Ce que je cherche c’est la magie, le mystère.

Ce que je désire c’est de rentrer en profondeur dans ‘ l’être ‘du sujet.

 La série‘Pouponnière’, a été conçue autour d’un petit plan d’eau de quelque mètres carrés avec la culture des fleurs du lotus sacré au Jardin des Plantes à Paris.

Au premier coup d’œil c’étaient des moignons brisés et des calices déchirés et usés comme des vieux torchons qui émergeaient de la boue.

J’ai tenté de montrer ce que j’ai découvert en eux : leur indescriptible gravité et fierté blessée ; l’empreinte de la mort mais aussi la promesse de la renaissance.

Jour après jour, saison après saison, je découvrais leur grâce déchirante, difficile, le mystère de leur parfaite beauté.